Perspectives et stratégies d’investissement en 2013

Le 14 janvier 2013

La forte volatilité des marchés ainsi qu’une fiscalité en perpétuelle évolution renforcent le besoin des investisseurs d’être bien conseillés.

Les mesures prises en 2012 par la BCE ont rassuré les marchés (CAC40: +15,23%). Cependant, les plans d’austérité pèseront sur la conjoncture en Europe. Dans ce contexte, quelles stratégies adopter pour 2013?

Un retour vers les actifs risqués

Un environnement durable aux Etats-­‐Unis et en Europe de taux bas à long terme associé à l’éloignement du risque systémique européen devraient favoriser de nouveau les actions et les obligations d’entreprises cette année.

Les rendements des actifs sans risque ne protègeront ni de l’inflation (+1,3% en 2012 en France) ni de la fiscalité (ISF notamment). En effet, les rémunérations de l’épargne dite « sans risque » de court terme telle que les comptes sur livrets, les dépôts à terme et les fonds en euros des assureurs baisseront à nouveau cette année. Les investisseurs privés et institutionnels à la recherche de rendements plus élevés seront contraints de prendre plus de risque.

Les marchés devraient progresser au premier semestre 2013 en raison du regain d’optimisme des investisseurs. En revanche, l’impact des mesures budgétaires américaines pourrait inverser la tendance au second semestre.

Actions: préférer l’approche thématique à une allocation géographique

Les pays émergentsdemeurent la locomotive de la croissance mondiale. Leurs besoins d’infrastructures et de biens d’équipement augmentent malgré un ralentissement de la croissance en Chine. L’essor des classes moyennes et d’une nouvelle population de familles fortunées dans ces zones (Inde et Chine) continuera par ailleurs de faire grimper la demande d’or et de produits de luxe.

En Europe et aux Etats-­‐Unis, où l’innovation prédomine, les valeurs technologiques (secteur de l’Internet en particulier) et les grands équipementiers (aéronautique, réseaux télécoms & satellites, transports) seront des valeurs à privilégier. Les sociétés exportatrices allemandes, à l’exemple de l’industrie automobile, profiteront encore d’une demande soutenue des pays asiatiques.

Enfin, l’accroissement démographique mondial et la diversification des modes alimentaires dans les pays émergents devraient soutenir les prix déjà élevés des produits agricoles. Les thèmes de l’eau, de l’agribusiness et des forêts (pâte à papier et matériaux de construction) seront de nouveau porteurs en 2013.

Matières premières: l’essor du gaz de schiste change la donne

La stratégie américaine qui consiste à atteindre rapidement l’indépendance énergétique en exploitant le gaz et le pétrole de schiste va considérablement changer la donne. Ces décisions ont impacté les cours du pétrole l’an dernier et vont modifier à moyen terme la stratégie militaire des Etats-­‐Unis au Moyen-­‐Orient. Un risque géopolitique accru dans cette région ne doit pas être écarté.

Pour ces raisons, il conviendrait de privilégier les matériaux de base plutôt que le pétrole, les stocks en Asie sont faibles et une reprise du secteur de la construction aux Etats-­‐Unis semble se confirmer.

Immobilier: des signes d’essoufflement

Malgré des taux d’emprunt exceptionnellement attractifs ainsi que l’indexation des loyers sur l’inflation, il semble moins opportun d’arbitrer une partie de ses actifs sans risque de long terme dans l’immobilier locatif. Cette classe d’actifs faisant face aujourd’hui à un retournement marqué par la baisse sensible des transactions l’an dernier (-­‐25% sur les logements anciens en France par rapport à 2011). Les prix devraient baisser en raison de l’attentisme des acquéreurs et de la poursuite de la dégradation de l’emploi en France.

Des taux historiquement bas: refinancez vos prêts

Les taux interbancaires (Euribor) et les taux d’emprunt de l’Etat français (Obligations Assimilables du Trésor ou OAT) sont à des niveaux historiquement bas. Ces conditions profitent aux particuliers et aux entreprises qui renégocient leurs taux d’emprunt à la baisse. Cette forme de désendettement des ménages propriétaires pourrait s’accélérer en 2013.

Outre l’importance d’une sélection rigoureuse des supports d’investissement, le choix de l’enveloppe fiscale dans laquelle ils sont logés est de plus en plus déterminant dans le calcul de leur rendement net. A ce titre, les récentes évolutions réglementaires épargnent pour l’instant la fiscalité toujours attrayante de l’assurance-­‐vie et du PEA.

Des thématiques d’investissement porteuses sur long terme (émergence de la classe moyenne en Asie, vieillissement de la population en Europe, digitalisation de l’économie …etc.) ainsi qu’une bonne diversification sectorielle et géographique des supports réduiront les risques spécifiques des actifs face aux incertitudes en Europe et aux Etats-­‐ Unis.

 

 
 
POINT MACRO ECONOMIQUE (Novembre 2012)
 
La croissance mondiale devrait rester conditionnée à une reprise économique faible aux Etats-Unis et à une consommation domestique croissante en Asie et dans les pays émergents.

Europe

  • Les mesures  récemment annoncées  par la BCE  ont permis de réduire fortement le risque systémique de liquidité  européen (Outright Monetary Transactions)
  • Les plans d’austérité pèsent sur la conjoncture
  • Nouveau dérapage de la dette grecque  estimée à 189% du PIB début 2013
  • Attentisme de l’Espagne  sur une demande officielle d’aide
  • Le Royaume-Uni renoue avec la croissance : +1% au 3ème trimestre 2012 après 9 mois de récession

Perspectives:  la croissance européenne devrait rester proche de 0%.

 

Etats-Unis

  • Croissance au T2 2012 : +2,0% contre 1,3% au  1er trimestre
  • Incertitudes sur les négociations à venir sur le resserrement budgétaire (« fiscal cliff ») en 2013 au Congrès
  • Nécessité d’augmenter le plafond de la dette au plus tard  en mars 2013
  • L’immobilier confirme sa reprise : les mises en chantiers dépassent les attentes
Perspectives: la croissance en 2013 devrait être comprise entre 1% et 3% suivant les décisions prises par le Congrès

Asie/ Emergents

  • Les pays émergents subissent le ralentissement de l’Europe et des US
  • Ralentissement graduel de l’économie chinoise: passant d’un taux de croissance au T1 de 8,1%, à 7,6% au T2 et 7,4% au T3 2012
  • Mutation en cours du modèle économique chinois, passant des exportations à la consommation intérieure
  • Changement de l’équipe dirigeante en Chine début 2013

Perspectives:  la croissance de la Chine devrait être de 7,5% en 2013  soutenue par son marché domestique. A titre de comparaison, le PIB brésilien devrait progresser de 4% en 2013.

 
 
CONSEIL D’INVESTISSEMENTS

La fin de l’année 2012 et le début de l’année 2013 devraient être marqués par les issues incertaines du « fiscal cliff » et de la négociation du plafond de la dette aux Etats-Unis, susceptibles de provoquer une hausse de la volatilité, notamment sur le marché des changes (EUR/USD) et actions.

=> Dans ce contexte, WEALTH CONSEIL privilégier une approche thématique à une approche géographique en sécurisant le risque « devises » (fonds libellés en euros ou hedgés)